Les étiquettes alimentaires, comment les lires ?

Déc 08, 2016 Laisser un commentaire par

 

De nos jours, nous sommes de plus en plus soucieux de ce que nous consommons. Les étiquettes alimentaires permettent de connaître la qualité du produit et donc de conserver son capital santé ! Le nombre, l'orde et la qualité des ingrédients nous permettent d'y voir plus clair.

 


 

La liste d’ingrédient

Primordial pour savoir si ce que vous pensez acheter est réellement ce que vous achetez ! Il y a deux choses qui guident nos choix : le prix et le packaging. La liste d’ingrédients est un bon indicateur pour connaître la qualité du produit : plus la liste est longue, plus il y a de risque que le produit soit de mauvaise qualité. Les listes d'ingrédients courtes assurent un produits de meilleur qualité car il y a moins d'additifs, de colorants et de conservateurs. 

De plus les ingrédients sont classés par ordre de quantité dans le produit, présent du plus important au moins important, par exemple : 

Je veux acheter une tablette de chocolat, le premier ingrédient est sucre. Le beurre et la pâte de cacao sont les ingrédients principaux du chocolat, nous devons donc les retrouver en première et deuxième position. Si le sucre est en première position, j'évite ce produit et en choisis un autre de meilleur qualité. 

Je veux acheter une soupe aux légumes, le premier ingrédient est pomme de terre. Ce n'est pas un légume mais un féculent, il faut donc être conscient que vous n'achetez pas une soupe aux légumes mais une soupe à base de pomme de terre et légumes. 

L'important lorsque vous faites vos courses est de réfléchir aux ingrédients principaux qui doivent composer les produits (comme une recette fait maison). 

 


 

Le tableau des valeurs nutritionnelles

Selon le règlement européen, le tableau des valeurs nutritionnelles est composé obligatoirement des éléements cités ci-dessous : 

L’énergie ou valeur énergétique : elle représente ce que le produit va vous apporter en kilocalories (kcal).

Les matières grasses ou lipides : supérieur à 10%, c’est un aliment gras et donc à limiter.

Les acides gras saturés : font parties de la famille des matières grasses, c'est un sous groupe dont il faut limiter la consommation car en excès cela peut entraîner l’apparition de maladies cardio-vasculaires.

Les glucides : c’est la principale source d’énergie de notre organisme. Ils représentent les glucides lents et les glucides rapides (les sucres).

Les sucres : la quantité de sucres représentent une part de la quantité des glucides. Si les sucres prennent une part importante des glucides totaux, il faut limiter ce produit car mauvais pour la santé.

Les fibres alimentaires : elles n’apportent pas d’énergie mais jouent un rôle essentiel pour le transit intestinal. Les adultes doivent consommer 30g de fibres par jour.

Les protéines : elles interviennent dans de nombreuses fonctions vitales pour l’organisme, la qualité ne doit pas être négligée, privilégier les protéines d’origine animale qui sont mieux assimilées par l’organisme. Lors d'une période de régime, il y a une perte de la masse musculaire (masse maigre), chez KOT les produits sont riches en protéines afin de conserver la masse musculaire au détriment de la masse grasse ! Les végétariens doivent consommer des aliments riche en vitamine C lorsqu’ils mangent des protéines d’origine végétale afin d’avoir une meilleur absorption de celle-ci.

Le sel : de nos jours notre consommation de sel est supérieure à nos besoins, c’est pourquoi il faut limiter sa consommation. Eviter le sel de table et surveiller la quantité indiquée sur vos produits : un plat avec une quantité de sel importante ne doit pas être ressaler, même pour la cuisson !

 


 

Les allégations nutritionnelles :

Elles permettent d’attirer le consommateur sur une caractéristique particulière du produit, qui peut être riche, source ou pauvre en un élément cité ci-dessus.

Riche en protéines : 20 % au moins de la valeur énergétique de la denrée alimentaire sont produits par des protéines.

Source de protéine : 12 % au moins de la valeur énergétique de la denrée alimentaire sont produits par des protéines.

Faible teneur en sucre : pas plus de 5% dans le cas des solides ou 2,5% dans le cas des liquides.

Faible teneur en matière grasse : pas plus de 3% dans le cas des solides ou 1,5% dans le cas des liquides (1,8g de matières grasses par 100 ml pour le lait demi-écrémé).

Source de fibres : contient au moins 3% de fibres, ou au moins 1,5g par tranche de 100 Kcals

Riche en fibres : contient au moins 6% de fibres ou au moins 3g de fibres par 100 kcals.

Source de (nom des vitamines) et/ou (nom des minéraux) : Une allégation selon laquelle une denrée alimentaire est une source de vitamines et/ou de minéraux, ou toute autre allégation susceptible d'avoir le même sens pour le consommateur, ne peut être faite que si le produit contient au moins la quantité significative.

Riche en (nom des vitamines) et/ou en ([nom des minéraux) : Une allégation selon laquelle une denrée alimentaire est riche en vitamines et/ou en minéraux, ou toute autre allégation susceptible d'avoir le même sens pour le consommateur, ne peut être faite que si le produit contient au moins deux fois la teneur requise pour l'allégation "Source de (nom des vitamines) et/ou (nom des minéraux)".

Enrichi en (nom du nutriment) : Une allégation affirmant que la teneur en un ou plusieurs nutriments, autres que des vitamines ou des minéraux, a été augmentée, ou toute autre allégation susceptible d'avoir le même sens
pour le consommateur, ne peut être faite que si le produit remplit les conditions applicables à l'allégation «source de» et si l'augmentation de cette teneur est d'au moins 30 % par rapport à un produit similaire.

Il faut cependant rester prudents avec ces allégations alléchantes, les produits allégés en un compasant seront enrichis en un autre composant : une mousse chocolat ne contient pas de sucre mais à l’inverse le taux de matières grasses à doublé.

 

Dans les produits KOT ce sont les matières grasses et le sucre qui sont diminués pour apporter des encas et repas hypocalorique dans le cadre d’une perte de poids.

 


 

D'autres éléments peuvent apparaître de manière facultative sur les emballages : teneurs en cholestérol, en vitamines ou encore en sels minéraux. 

Les additifs alimentaires : 

Les additifs sont des substances qui sont ajoutées aux aliments dans un but technologique : améliorer leur conservation, réduire les phénomènes d'oxydation, colorer les denrées, renforcer leur goût, etc.

Même si elles sont utilisées en petites quantités, ces substances sont évaluées et surveillées pour prévenir les effets néfastes sur la santé. Leur emploi est donc réglementé et leur présence doit obligatoirement être mentionnée sur les étiquettes des produits concernés.

Il existe différentes catégories d'additifs, les 5 principales sont :

  • Les colorants permettent de rendre aux aliments leur coloration, de la renforcer ou de leur conférer une coloration ;
  • Les édulcorants donnent une saveur sucrée ;
  • Les conservateurs aident à la conservation en empêchant la présence et le développement de microorganismes indésirables ( par exemple : moisissures ou bactéries responsables de toxi-infections alimentaires) ;
  • Les anti-oxydants permettent d'éviter ou de réduire les phénomènes d'oxydation qui provoquent entre autres le rancissement des matières grasses ou le brunissement des fruits et légumes coupés ;
  • Les agents de texture (émulsifiants, stabilisants, épaississants, gélifiants) améliorent la présentation et la tenue.

 

Vous voilà briefez sur l’étiquetage alimentaire, à vous de jouer ! 

 

 

Actualités nutrition et santé
Pas de commentaire sur “Les étiquettes alimentaires, comment les lires ?”

Renseigner un commentaire

Suivre

Recevez les nouveaux articles par e-mail.

Joignez-vous aux 38 membres :